Gestion des Conflits Humains – Espèces Sauvages



À travers la planète, l’expansion de la population humaine entraine inévitablement un rétrécissement des habitats naturels. Cette situation est à l’origine de conflits croissants au sujet des espaces vitaux et de la nourriture entre les populations humaines et les animaux.

C’est aussi le cas au Cameroun, où il y a une préoccupation grandissante à propos des conflits humains- espèces sauvages (CHES) dans les écosystèmes de forêt et de savane Tchamba, 1995; Weladji & Tchamba, 2003; Foguekem, 2005).  
 

La destruction des cultures par les éléphants est l’une des formes les plus récurrentes des CHF au Cameroun, et ce problème se pose avec acuité autour des zones protégées. Les agriculteurs font également état de la destruction de leurs cultures par les hippopotames, les grands singes et les rongeurs, ainsi que de la disparition de leur bétail du fait des lions (Panthera leo) (Tumenta et al., 2013).


En raison de la faiblesse du cadre juridique et de l’insuffisance de la capacité institutionnelle à gérer les CHVS, les communautés tendent à s’occuper elles-mêmes de la protection de leurs cultures et de leur bétail.


Toutefois, il arrive que les outils utilisés par les communautés s’avèrent non durables, et doivent souvent être complétée par une politique efficace, y compris l’amélioration des cadres juridique et institutionnel, ainsi que l’adoption d’approches appropriées en matière d’occupation des terres. Faute de la faire, les CHVS risquent d’augmenter, surtout aux limites des zones protégées, où les communautés ne sont pas suffisamment incitées à la conservation par la pratique de l’écotourisme ou d’autres activités alternatives.


WWF Cameroun a aidé le gouvernement camerounais à élaborer et valider une stratégie de gestion des CHVS, laquelle sera bientôt mise en œuvre sur l’ensemble du territoire.


À travers nos efforts, nous sommes engagés à aider au renforcement des cadres institutionnel et juridique de gestion des CHVS dans le pays, en aidant à l’adoption d’une législation qui fixera les méthodes de règlement des conflits avec les animaux, clarifiera les mécanismes de compensation, et définira les critères de classification des «zones hautement conflictuelles» et les mesures de compensation y relatives.
 
© Jaap Van Der Waarde/WWF
Un Baka cote a cote avec des elephants dans le Parc National de Lobeke
© Jaap Van Der Waarde/WWF
 
© cameratrap/Jengi
Arret sur camera piegee un buffle dans la clairiere Ikwa au Parc National de Nki
© cameratrap/Jengi
 
© camera trap/WWFJengi
Bongo Antelope in the Pondo forest clearing, East Region, Cameroon
© camera trap/WWFJengi